zpravodajství životního prostředí již od roku 1999

Kuriozita: Gyrobus

03.11.2013
Ekologická auta
Kuriozita: Gyrobus

Yverdon-les-Bains f^ete cette année 50 ans de transports publics urbains. C'est donc l'occasion de plonger dans le passé pour mieux envisager l'avenir. 50 ans d'existence pour un réseau de transports publics c'est relativement court et Yverdon-les-Bains fut une des derni`eres villes de Suisse romande `a s'équiper. La topographie y est certainement pour beaucoup : la ville était, et reste, agréable pour s'y déplacer en vélo - une concurrence de bon aloi pour les transports publics. L'év`enement fut marquant car la ville n'avait pas choisi n'importe quel moyen de transport, mais le gyrobus, un véhicule électrique sur pneus circulant de mani`ere autonome. Cette premi`ere mondiale démontrait les décideurs avaient au moins trois qualités indéniables : une volonté d'entreprendre, la confiance dans le développement économique de la ville qui ne comptait alors que 12'500 habitants - la moitié d'aujourd'hui - et peut-^etre une conscience écologique avant l'heure en faisant circuler dans la cité un véhicule propre silencieux, n'imposant pas `a l'urbanisme de la ville les disgracieuses lignes aériennes de trolleybus alors en vogue. Si le choix du Gyrobus s'est rapidement avéré malheureux en raison de difficultés de mise au point et d'un développement arr^eté prématurément par les constructeurs, il n'en demeure pas moins que l'extension du réseau de bus, héritiers des gyrobus, fut continu et suivit le développement de la ville, avec une stagnation d`es le milieu des années 1990. Et aujourd'hui ? De nouvelles techniques voient le jour, des bus circulent au gaz, au colza, des minibus fonctionnant sur batteries et les véhicules `a hydrog`ene ou `a pile `a combustible font leurs premiers tours de roues dans quelques villes d'Europe. Certaines solutions semblent présenter des avantages intéressants. Leur développement n'est cependant pas abouti. Les risques et les co^uts liés aux nouvelles technologies ne permettent pas `a un petit réseau comme le nôtre de jouer une nouvelle fois aux innovations technologiques. Parall`element les moteurs Diesel ont connu d'énormes progr`es au cours des derni`eres décennies. Un bus actuel rejette entre 50 et 90% d'éléments nocifs en moins dans l'atmosph`ere que son devancier d'il y a quinze ans ! Et ce n'est pas fini, les nouvelles normes Euro 4 et Euro 5 devaient encore permettre de réduire les émissions d'autant. De toutes mani`eres, la pollution générée par un bus ne représente qu'une infime fraction de celle provenant des voitures individuelles. Une politique saine et sensée consiste donc `a offrir `a l'automobiliste une alternative crédible afin qu'il laisse sa voiture - au moins la deuxi`eme - `a la maison, lorsqu'il doit se déplacer en ville. Cet objectif, s'il est retenu, implique une augmentation des fréquences de passage des bus et des mesures cohérentes de circulation et de parcage au centre-ville, pour éviter notamment le stationnement des voitures ventouses. Il est aussi vrai que ces mesures ont un co^ut car les transports publics ne sont jamais directement rentables. L'exemple nous vient cependant des grandes agglomérations et du nord de l'Europe : le développement économique passe toujours plus par une saine gestion des ressources énergétiques, un cadre de vie agréable et un réseau performant de communications. L'existence d'un bon réseau de transport local rev^et désormais une importance particuli`ere dans le choix de l'implantation d'une nouvelle société. Puissent donc, les autorités et la population d'Yverdon-les-Bains et des environs accepter de contribuer au développement du réseau de transports publics : comme il y a 50 ans et peut-^etre plus encore aujourd'hui, ce choix est une preuve de prévoyance. Il permet de préparer l'avenir et de renforcer l'attrait de la place d'Yverdon-les-Bains et de sa région, pour ses habitants comme pour ses acteurs économiques. D. Reymond Historique de la société Le 1er octobre 1953, la ville d'Yverdon inaugure sa premi`ere ligne de transports publics. Rompant avec la tradition des trams, des trolleybus ou des bus, la Municipalité avait choisi un moyen inédit en jetant son dévolu sur le <>.Le principe de fonctionnement du gyrobus a été mis au point `a Berlin en 1909 déj`a par Auguste Scherl. En 1944, la Maison Oerlikon construisit un tracteur ferroviaire actionné par un électro-gyro. L'expérience fut positive, et en 1950, on réalisa un premier véhicule routier qui fut mis en service `a Altdorf. Il fut présenté `a la Foire d'échantillons de Bâle, o`u la ville d'Yverdon s'intéressa `a ce nouveau moyen de transport. Un prototype circula en démonstration `a Yverdon du 24 novembre au 5 décembre 1950. Les essais furent convaincants et on passa commande de 2 véhicules. Ces derniers avaient une capacité de 70 places (35 assises et 35 debout). Le 11 octobre 1953, l'exploitation démarra entre les Tuileries et les Condémines, via Bel-Air. Le service assurait 50 courses par jour, et le tarif pour le trajet complet était de 80 centimes. L'entretien des véhicules était confié `a la Compagnie Yverdon - Ste-Croix. - See more at: http://www.travys.ch/index.php/home/materiel-roulant/gyrobus#sthash.7K29AX6E.dpuf

Plus au: http://www.travys.ch/index.php/home/materiel-roulant/gyrobus

ZDROJ:http://www.travys.ch/

Komentáře k článku. Co si myslí ostatní?

Další články
Chystané akce
INISOFT s.r.o.
19
11. 2019
19.11.2019 - Seminář, školení
Praha, ČVUT
INISOFT s.r.o.
20
11. 2019
20.11.2019 - Seminář, školení
Brno, ApS Brno s.r.o.
INISOFT s.r.o.
5
12. 2019
5.12.2019 - Seminář, školení
Praha, ČVUT
Podněty ZmapujTo
Mohlo by vás také zajímat
Naši partneři
Složky životního prostředí